bookworm_bookstore_beijing

Le différend entre la Chine et le Japon autour d’un petit archipel inhabité en mer de Chine orientale, appelé Diaoyu à Pékin et Senkaku à Tokyo, a des répercussions sur le marché du livre chinois.

Selon The Bookseller, le Bureau de la presse et de l'édition de Pékin a demandé le 14 septembre à des éditeurs de la capitale d’arrêter de publier des livres écrits par des Japonais, protégés par des droits d’auteur japonais ou même écrits par des Chinois sur le pays du Soleil levant.  Pour l’instant, il semble que l’interdiction s’applique à Pékin seul, mais quelques éditeurs japonais ont déclaré qu’elle s’était étendue à l’extérieur de la capitale. Le 21 septembre à la grande librairie Wangfujing Bookstore, des livres ont également été retirés des librairies, par exemple le best-seller 1Q84 de Haruki Murakami ainsi que d’autres ouvrages.

Enfin, le Bureau de l'information du conseil des Affaires d'Etat du gouvernement chinois a publié le 25 septembre un livre blanc qui a pour titre « Les îles Diaoyu font partie intégrante du territoire chinois ». Les livres sont ainsi utilisés comme un double instrument de pression.

Source: Livres Hedbo