cabine téléphonique bibliothèque

C’est en février dernier qu’Orange, successeur de France Télécom, devait procéder à l’enlèvement des cabines de Rueil-Malmaison. Comme sur le reste du territoire, l’opérateur n’en laisse que deux par commune de plus de 1 000 habitants, leur utilisation étant tombée en moyenne à moins d’une minute par jour… La mairie (UMP) s’est alors rendu compte que ces cabines étaient l’objet idéal pour son nouveau projet culturel. « Le maire, Patrick Ollier, nous avait demandé de trouver une idée originale pour mettre la culture à la portée de tous, indique Carole Thierry, conseillère municipale. On est assez vite parti sur l’idée de mettre des livres à disposition dans la rue. Et quand on a vu ce dont on avait besoin pour construire un abri, on s’est rendu compte que ça correspondait à une cabine téléphonique. »

Après plusieurs mois d’échanges avec Orange, la mairie se trouve en possession de la vingtaine de cabines la ville. « En parallèle, je me suis mise en relation avec le CFA du bâtiment de Rueil pour proposer de transformer les cabines avec des étagères pour accueillir les livres », ajoute Carole Thierry. Les apprentis menuisiers ont répondu avec trois prototypes, dont un a été sélectionné par la municipalité. « Ce qui est important, c’est que le travail des jeunes va être vu et valorisé », souligne Pierre Gomez, directeur du CFA du bâtiment. Les apprentis sont en train d’aménager les deux premiers modèles selon la configuration retenue. Pour remplir les cabines, la mairie a déjà lancé un appel aux dons de livres. Par la suite, chacun pourra en emprunter ou en donner à sa guise. Reste à savoir si les usagers en prendront soin, et ne dégraderont pas ces nouveaux lieux de culture. Cette question a déjà été soulevée à plusieurs reprises par les conseils de village, qui ont été associés au projet. « J’ai beaucoup échangé avec la personne qui s’est occupée d’un projet similaire à Berlin », indique Carole Thierry. L’expérience a, paraît-il, été concluante. « En fait, ça marche parce que les gens se sont réapproprié ces cabines », assure-t-elle. À Rueil-Malmaison, la première cabine bibliothèque sera posée le 13 juin, à l’angle entre la rue Jean-Le Coz et la rue Charles-Floquet (à l’entrée de Bois Préau). Une deuxième cabine suivra sur l’avenue de Colmar, au niveau de la rue d’Estienne-d’Orves. Au terme d’une phase d’expérimentation, le reste des cabines sera installé dans l’ensemble de la ville. En tout, il devrait y en avoir neuf. Et le 13 juin, lors de l’inauguration, chacun est invité à venir avec son livre à déposer.

Source: Le Parisien