VivalLivres 77

C’est une première pour une enseigne alimentaire de proximité", indique-t-on chez CasinoVival lance VivalLivres, des bibliothèques libres d’accès, placées devant les magasins. Ces installations s’inspirent des "petites bibliothèques libres". Le principe ? Quatre étagères de livres sont installées, et chacun peut emprunter un livre librement et gratuitement, à condition d’en déposer un autre. "Cela ressemble à une ruche, c’est une vitrine avec des alvéoles. Il n’y a pas de clés", décrit Corinne Aubry-Lecomte directrice Marketing et Communication de Casino Proximité. La genèse du projet est partie d’un constat : "Vival est une enseigne de la ruralité : c’est souvent le dernier commerce de la commune. Au-delà du fait qu’il faille mettre le bon produit au bon endroit, nos magasins sont des lieux de vie où commerçants et clients entretiennent une relation étroite, explique Corinne Aubry-Lecomte. "Partant de ce constat, nous voulions donner du sens à cet ancrage local".
"Ensuite, tout est allé très vite", indique-t-elle. "L’idée a émergé il y a quelques semaines et nous avons aussitôt créé un logo à dessein pour la concrétiser". Casino Proximité a dû convaincre les exploitants d’un côté et les mairies de l’autre, pour obtenir l’autorisation. La première "petite bibliothèque libre" VivalLivres a été inaugurée le 25 août 2016 à Saint-Germain-Laval (Seine-et-Marne). La seconde a vu le jour le lendemain à Saint-Paul-de-Varces (Isère). Jusque-là, l’initiative semble bien accueillie. "Les commerçants se sentent valorisés, et cela revitalise les petites communes. C’est complémentaire aux bibliothèques municipales", constate Corinne Aubry-Lecomte. "Les gens peuvent aussi s’asseoir, ce qui crée un petit attroupement et une attraction dans la commune".

Fort d’un réseau de 1800 points de vente d’environ 100 m2, Vival compte bien déployer le concept à d’autres communes. Seule condition pour les commerçants : s’assurer de la bonne tenue de la bibliothèque. Quant au budget à prévoir pour ces derniers, il est trop tôt, à ce jour, pour communiquer sur un coût, selon le groupe. "Il faut compter le coût du prototype, mais ce n’est pas rédhibitoire", assure Corinne Aubry-Lecomte. D’autant que pour le moment, encore en phase de test, l’initiative est entièrement à la charge de Casino.
Avec VivalLivres, Vival rejoindre le mouvement international des "Little Free Library", qui compte aujourd'hui environ 40.000 bibliothèques ouvertes pour près d'un million de livres échangés chaque année. "On est dans l’esprit du partage. L’idée est d’associer un magasin où il y a un flux de clients à une opération sympa. Nous sommes sur des notions de lien social et de valeur éthique", conclut Corinne Aubry-Lecomte.

Source: LSA