imrs

En ce qui concerne l' alphabétisation, Singapour est pas en reste. Le pays augmente un taux d'alphabétisation de 98 pour cent , et son programme de lecture est le meilleur dans le monde , selon le Programme international pour le suivi des étudiants. Cela ne signifie pas, cependant, que Singapour est un pays de microclimat. Un sondage 2015 a révélé que seulement 40 pour cent de la population avait lu une oeuvre de la littérature dans l'année écoulée. (En Amérique, ce nombre est d'environ 70 pour cent .) Juste un quart avait ramassé quelque chose par un auteur singapourienne. Maintenant, les dirigeants ont mis au point une solution: des livres minuscules. À partir de ce mois, les coureurs de transport public seront en mesure d'acheter des tomes de poche pour environ 10 $. Les «livres  billets» font partie d'une campagne plus large pour amener les gens à lire à nouveau. Leur lancement coïncidera avec un week-end de foires du livre, l'auteur rencontrer et salue et séminaires de la littérature à travers l'état-ville.

Il y a aussi une campagne de cinq ans appelé le National Reading Movement. "Je pense qu'il est de plus en plus difficile d'adhérer à une discipline de la lecture dans notre société d' aujourd'hui,"  observe Yip Guan Hui, président de l' Université nationale de la Société littéraire de Singapour, . "L'afflux dereseaux sociaux signifie que les gens lisent, oui, mais ils lisent  des articles plus courts, des extraits, des résumés, commentaires etc.. 

Ce sera une habitude difficile à inculquer. Selon cette étude de 2015, la moitié des répondants ont déclaré ne pas avoir le temps de lire en raison des engagements  (d travail ou  famille). Selon la même cité, il un manque d'intérêt pour  la fiction et de la poésie. Environ 40 pour cent ont dit qu'ils préféraient les réseaux sociaux et la navigation sur le Web. Les singapouriens entre 16 et 30 passent environ 3,5 heures en ligne chaque jour. Ang Beng Heng, 24, étudiant interrgé par le Straint Times  déclare qu'il préfère vérifier ses nouvelles applications et Facebook dans son temps libre. 

Cette attitude est en contradiction avec la publication littéraire importante du pays. Chaque année, 36 millions de livres sont emprunté à la bibliothèque;  lors de  la vente de livres du système - 300,00 livres à 1,50 $ un pop - attire des milliers. Le Festival annuel des écrivains de Singapour a honoré des sommités comme Alfian Sa'at, Claire Tham et Anuar Othman. De minuscules librairies obstruent les rues latérales; la spacieuse bibliothèque centrale se trouve à proximité de "Book City", un développement mixte en peluche avec des librairies, des imprimeries et papetiers bon marché. La ville-état a des dizaines d'éditeurs, mais les livres les plus courants (et populaires) sont des guides d' auto-amélioration. Ceci est, selon Vanessa Quirk , journaliste arch Daily "symptomatique d'une anxiété nationale que l' éducation est devenu un sport de compétition piloté par les tests."

Source: Washington Post