les-boites-a-livres-Orléans

À Orléans  (Loiret), certains arbres voient désormais fleurir… des livres. En effet, le 29 juin 2017, un premier « arbre à livres » a poussé. Il se trouve au parc Pasteur, à proximité du bassin à bateaux miniatures. Il a été mis en service après un appel à projets lancé par la mairie en 2016. Les boîtes prendront donc la forme d’un arbre. Eddie Bourgeois, designer professionnel et lauréat du concours, explique son choix : « Ce projet m’a inspiré. C’est un design simple et fonctionnel avec une connotation entre l’arbre, le papier et le livre ».

En septembre, Orléans devrait compter douze modèles de ce genre. Dans un premier temps, ce sera aux habitants de remplir les boîtes, qui peuvent accueillir jusqu’à trente ouvrages. Le principe est simple : chacun peut prendre un livre, gratuitement, à condition d’en remettre un (ou plusieurs) à la place. Cette mise à disposition gracieuse de biens dans un espace public véhicule de nombreuses valeurs. Pour Aude de Quatrebarbes, adjointe en charge du domaine public, « c’est un pas important pour le bien vivre ensemble et le partage ». Tous les quartiers disposeront de deux « arbres à lire », tous les types de public sont visés.

« Il y a des enfants qui n’ont pas accès aux livres. C’est essentiel qu’ils en aient à leur disposition », ajoute Aude de Quatrebarbes.

À l’initiative de ce projet, le conseil consultatif du quartier (CCQ) Nord. Valérie Berteloot, membre de ce CCQ, responsable de l’atelier culture et animation, revient sur la nécessité qu’un tel projet voit le jour : « Cela fait deux ans que l’on travaille là-dessus. C’est fait pour recréer du lien entre les individus. À titre personnel, je ne venais plus au parc Pasteur. C’est un lieu que je vais réinvestir ».

Cette nouvelle est accueillie de manière positive par les habitants. Françoise Corgnac, qui demeure à Orléans, trouve que ce concept « permet de remettre la lecture à l’ordre du jour et de revitaliser l’esprit du livre ». Les Orléanais ne devraient donc pas s’ennuyer durant les semaines à venir, donnant sens aux propos de Montesquieu : « Aimer lire, c’est faire échange des heures d’ennui contre des heures délicieuses ».

Source: La République du Centre