Orgueil et prejugés

Comment faire en sorte que mon ouvrage se démarque au milieu des centaines de livres exposés dans une librairie ? Cette question, chaque maison d'édition se la pose. Pour des débutants, la réponse se traduit – dans le meilleur des cas – par des ouvrages posés sur une table, au milieu d'une masse de concurrents ; ou, pire, par un seul exemplaire placé sur les étagères. Le plus souvent, le résultat est le même : le produit ne se vend pas.

Anciens libraires, François Andrieux et Thibaud Happel se sont associés à une graphiste, Camille Flahault. Ensemble, ils ont opté pour une solution novatrice : mettre l'ouvrage en prévente sur le site internet de financement participatif Ulule. Leur second opus, une réédition d' Orgueil et préjugés, de Jane Austen, illustré par Margaux Motin, vient d'y faire un tabac.  Avant même sa sortie en librairie, prévue le 28 août, 3.500 exemplaires sont déjà vendus. Initialement, le tirage devait se limiter à 2.500 ou 3.000 ouvrages, en incluant ceux destinés à la vente en magasins. Pour ces derniers, 1.500 livres sont en cours d'impression. Ce succès s'explique notamment grâce aux réseaux sociaux. « Nous avons pu compter sur le réseau de Margaux Motin. Elle est suivie par près de 190.000 personnes sur Facebook », explique Camille Flahault.

Tibert Éditions, la société des trois Clermontois, en a profité pour développer sa propre communauté : plus de 1.000 personnes ont déjà aimé la page Facebook. La maison auvergnate a su y expliquer son projet. Les ouvrages qu'elle publie permettent aux illustrateurs de « porter un nouveau regard » sur une œuvre classique ou d'embellir des textes contemporains. Un autre fil rouge guide l'entreprise : il s'agit d'éditions originales, à tirage limité et numéroté. Le produit se démarque avec une couverture cartonnée, s'accompagnant d'un dos toilé. « L'idée, c'est que, tout en gardant des prix abordables, ce soient des objets de collection », résume Thibaud Happel. Le pari fonctionne : après avoir découvert la réédition d' Orgueil et préjugés sur les réseaux sociaux, des lecteurs se sont dirigés spontanément en librairie pour le commander.

Source: La Montagne