vélo-pupitre-octogone-5

Les usagers de la bibloithèque L'Octogone dans l'arondissement de  LaSalle  à Montréal (Québec) peuvent maintenant se dégourdir les jambes tout en lisant grâce au vélo-pupitre de la bibliothèque L’Octogone. L’appareil est disponible pour les personnes qui désirent en faire l’essai, plus particulièrement celles souffrant d’un déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH).

«C’est une façon de bouger qui pourrait être intéressante pour les citoyens, surtout qu’on a des gens qui viennent tous les jours pour lire le journal», explique Marie-Andrée Marcoux, chef de division bibliothèque et culture.

Il y a déjà longtemps que Mme Marcoux souhaitait obtenir un vélo-pupitre pour les usagers. Il y a trois ans, lors d’une consultation publique, plusieurs personnes avaient fait part de leur désir de combiner la lecture et l’activité physique. Le vélo-pupitre de la bibliothèque L’Octogone, destiné aux 6 ans et plus, se trouve tout près de l’entrée principale. Une affiche explique comment l’ajuster à sa taille. «Je pense que les gens sont gênés de l’utiliser, explique Mme Marcoux. J’aimerais qu’on puisse s’en procurer un deuxième pour leur donner envie de le faire.»

Si le budget de la bibliothèque le permet, elle ira de l’avant. Toutefois, comme les travaux de rénovations arrivent à grands pas, elle ne voudrait pas être obligée de l’entreposer pendant toute la durée des travaux. Quand le local temporaire sera choisi, Mme Marcoux saura si l’achat se fera prochainement ou lors de l’ouverture du bâtiment fraîchement rénové.

L’attention ou la capacité de chacun peut être améliorée ou dérangée par plusieurs facteurs. «Les bibliothèques font beaucoup d’efforts pour bonifier leur offre de service selon les besoins de leur clientèle. En l’essayant, certaines personnes pourraient même découvrir si elles retiennent plus facilement de l’information lorsqu’elles bougent», précise Madeleine Faudette, orthopédagogue à l’Institut des troubles d’apprentissage. La mission de cet institut est de permettre aux personnes qui souffrent d’un trouble d’apprentissage de développer leur potentiel afin qu’il contribue positivement à la société. Selon Mme Faudette, cette ouverture aux réalités de chacun pourrait attirer davantage les jeunes et les personnes qui souffrent de TDAH, car elles peuvent avoir parfois l’impression de déranger quand elles se rendent dans ce genre d’endroit ou le silence est de mise. En plus des cinq vélos-pupitres dispersés dans autant de bibliothèques pour favoriser l’accessibilité universelle et des collections spécialement conçues pour les personnes souffrant de troubles de l’autisme ou de déficience intellectuelle, des livres en gros caractères sont aussi disponibles pour les usagers ayant des besoins spécifiques.

Source: Journal Métro