Kekeli_Lab_pic3-Des-élèves-avec-Severin-Lawson-lun-des-formateurs-696x398

2017 s’est achevée sur une note d’espoir pour la promotion de l’e-learningau Togo. Lundi 22 décembre, les élèves du lycée Folly Bébé (dans la banlieue Est de Lomé) ont été formés sur le fonctionnement et la gestion d’une bibliothèque virtuelle. L’initiative est à l’actif de l’association « Kékéli Lab* ». Cette dernière œuvre dans la promotion de l’éducation, notamment par les nouvelles technologies. Pour accueillir leur bibliothèque virtuelle, un échantillon d’élèves du lycée Folly Bébé a été formé à son fonctionnement et à sa gestion. Le projet piloté par l’association Kékéli Lab devrait permettre à ce lycée de disposer de son premier centre de lecture en ligne. Kékéli Lab tend ainsi vers la concrétisation d’un projet-pilote démarré il y a bientôt deux ans. Il s’agit de déployer des solutions numériques concrètes en faveur de l’éducation au Togo. L’idée, c’est de favoriser donc l’accès à des ressources éducatives de qualité grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication.

A en croire Seti Afanou, développeur d’applications certifié Android et directeur de l’entreprise Digital Inspiration, le formateur principal, « la bibliothèque de Kékéli Lab va essentiellement être en réseau local ». Ainsi, les élèves ont été outillés sur la création de compte sur le réseau, la description technique de la conception de la bibliothèque et la prise en main de l’application mobile associée. Selon Jonas Edoh, président de Kékéli Lab, « l’ambition de l’association est de contribuer efficacement à l’émergence de solutions technologiques innovantes et intelligentes dans l’éducation » au Togo.

Dans le cadre de ce même projet, une vingtaine d’enseignants ont été eux-mêmes formés à l’utilisation pédagogique des TIC dans l’éducation par des enseignants-chercheurs de l’Université de Lomé. Le but à long terme est de contribuer à l’accès de tous à une éducation de qualité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie, grâce à l’e-learning.

Source: Cio Mag