La Baraque aux Arts

Il y a des livres partout. Dans tous les coins et les recoins, sur les étagères, dans les vieux meubles laissés par la Maison de la Gaine, dans les tiroirs, et même dans les cabines d’essayage. En fait, le drôle d’agencement de la Baraque aux Arts ne manque pas de charme ! On a envie de se lover dans le gros canapé, juste devant la petite cour, avec un thé chaud dans la main, pour bouquiner un bon roman. Les fidèles lecteurs auront sans doute reconnu derrière ce joli projet le bouquiniste Philippe Théret, qui promène sa Baraque aux livres de ville en ville.  » La Baraque aux arts, c’est une association qui réunit une librairie d’occasion et une galerie d’art, résume-t-il. C’est le fruit de la rencontre d’une dizaine d’artistes et de la Baraque aux livres lors des samedis piétons. »

Alors le bouquiniste se serait-il sédentarisé ? « La Baraque aux livres reviendra aux prochains samedis piétons, mais en attendant, il fallait un point de chute pour le reste de l’année. » Ce sera donc au 7 rue Léon-Gambetta à Douai (Nord), à l’emplacement de l’ancienne Maison de la gaine. L’ouverture, c’était mardi 9 janvier, . Alors que vient-on faire à la Baraque aux arts ?  » On vient découvrir des artistes de la région, tout en profitant d’une ambiance de bouquinerie, avec des livres anciens, d’occasion, des livres de poche, des romans… On peut feuilleter des livres, boire un café, on peut les acheter, les emprunter si on adhère à l’association. »

On n’oublie pas d’emmener les enfants : un petite pièce leur est réservée, nichée dans les cabines d’essayage, avec des petits sièges, un tapis, des collections bibliothèque rose et verte, des bandes dessinées Star Wars… Bref de quoi s’occuper pendant que les parents farfouillent dans les étagères des grands.

« On peut aussi acheter les œuvres exposées, sachant que ce n’est pas trop élitiste en termes de tarifs. » Côté œuvres, il y a un peu de tout : le chapelier fou d’Alice au pays des merveilles nous fixe, il faut dire que l’ambiance fait un peu penser au roman de Lewis Carroll, il ne manque que la tasse de thé ! Il y a aussi un buste bariolé, des collages, des sculptures, des photos, des peintures. Il y a déjà plusieurs Douaisiens parmi la quinzaine d’artistes : Philippe Langlet, Marie-Noëlle Dufromont, Olivier Plet, Dawid Gajewski et Caprie par exemple. Et la Baraque aux arts recrute encore des artistes : « on a la place pour les accueillir ! ». Les visiteurs pourront papoter avec les artistes, qui viendront tenir des permanences tous les trimestres, faire des performances et même travailler sous les yeux des curieux, si leur technique leur permet.

Ouvrez l’œil ! Il y aura des vitrines à thème, parfois animées, et parfois des petits concerts, des taggueurs… « On va essayer de faire plein d’animations surtout le vendredi et le samedi. Il y aura surtout une bonne ambiance en fait ! »

Source: L'Observateur du doaisis