51KYVRuDEIL

La liberté de ma mère - Mai 68 au pays basque, l'essai que le journaliste Jean-Michel Aphatie a publié le 15 mars sur Kindle Direct Publishing (KDP), la plateforme d'autoédition d'Amazon (cliquez ici pour un extrait de cet essai), se classe en tête des meilleures vente de livres imprimés sur le site de commerce en ligne. S'il est devenu courant que des livres autoédités soient N°1 de la liste des ventes de livres numériques d'Amazon.fr, aucun d'entre eux n'avait atteint un tel résultat dans sa version papier assure le service de communication du groupe.
 
"Les ventes atteignent les 4000 exemplaires, dont les deux tiers en version imprimée. Elles ont progressé après mes passages à C dans l'air, mais surtout après On n'est pas couché. Christine Angot a été très positive, et les ventes ont dépassé les 800 exemplaires le lendemain" se félicite l'auteur, qui dépassait encore, le 6 avril Joël Dicker (La disparition de Stéphanie Mailer, De Fallois) et Raphaëlle Giordano (Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une, Pocket)
 
Le lectorat de Jean-Michel Aphatie explique peut-être ce résultat : "je suis frappé par la méconnaissance de l'univers numérique que j'ai constaté dans mon entourage" a constaté avec surprise le chroniqueur politique.

Jusqu'à maintenant, aucune personnalité disposant d'une certaine notoriété n'avait utilisé le service d'autoédition d'Amazon (sauf Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, qui avait diffusé gratuitement son dernier livre-programme). Outre une autopromotion rapide à la télévision et la radio, cette surface médiatique lui a apporté des facilités inconnues de l'utilisateur de base de KDP. "J'ai obtenu le mail de Frédéric Duval [le directeur France d'Amazon], et j'ai rencontré des gens vraiment sympathiques" note Jean-Michel Aphatie, qui se dit très séduit par la facilité d'usage de KDP, mais reconnaît qu'il faut assurer la promotion ensuite. Amazon l'avait aussi invité à un déjeuner de presse organisé à la veille du salon du livre.
 
Dans cet essai de 108 pages (9,99 euros en version imprimée, 2,99 euros en téléchargement, et proposé aussi dans l'abonnement Kindle), l'auteur veut démontrer à travers l'histoire de ses parents que la révolution de Mai 68 a été précédée d'une évolution à bas bruit mais bien plus profonde de l'ensemble de la société française. "J'ai commencé à écrire ce texte en décembre dernier, bien trop tard pour une parution au printemps dans les délais de l'édition. L'autopublication m'est apparue comme une solution à ce problème"explique l'auteur.
Source: Livres Hebdo