vandalisme chalet livres

Le chalet des livres d’Anjoutey (Territoire de Belfort ), qui a été créé à l’été 2017, a été vandalisé dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette découverte a scandalisé le maire Gilles Magny et les bénévoles qui le géraient. La pizzeria voisine a aussi connu des dégradations. Le chalet des livres a été saccagé dans le centre d’Anjoutey (90), dans la nuit de mercredi à jeudi. Des individus ont fracturé la porte vitrée et ont pénétré dans la construction en bois. Ils ont jeté à terre plusieurs ouvrages et CD. Des livres ont été jetés à travers des vitres et ont fini dans les parterres qu’aménage, depuis trois ans, la section adulte du lycée agricole de Valdoie. Table et chaises ont été fracassées. Des pieds ont même servi à défoncer des fenêtres. Un des cinq nichoirs a été arraché et a été jeté dans le chalet. Deux autres ont été dégradés. Ces dégâts ont suscité écœurement et colère chez le maire Gilles Magny. Il considère que ce vandalisme nuit à l’investissement de la commune et des bénévoles pour améliorer le cadre de vie. 

Pour mémoire, l’idée d’un chalet des livres s’est concrétisée durant l’été 2017 grâce au prêt gracieux d’un chalet par la conseillère municipale Catherine Roy. Dans un premier temps, une équipe de bénévoles s’est chargée de le nettoyer, de le protéger et de réaliser des étagères pour recevoir 2 000 livres pour petits et grands, plus des DVD et CD. Depuis cette date, les bénévoles, qui ouvrent la porte le matin et la ferment le soir, ont constaté une bonne fréquentation du chalet. Des habitants d’autres communes du secteur avaient même pris l’habitude de s’y arrêter quelques minutes.  À proximité du chalet, Nathalie et Philippe Lamirel, les gérants de Chadam Pizza, ont remarqué le vol de leur totem de trois mètres de haut. Et un chevalet, qui donnait les heures d’ouverture, a été brisé.

« C’est en rentrant chez nous », indique Nathalie Lamirel, « que nous nous avons pensé que nous avions oublié de les rentrer. Nous n’avons pas voulu y retourner mais nous aurions bien fait. »

Dans le voisinage, un témoin aurait aperçu quatre personnes, trois garçons et une fille, aux abords du chalet des livres vers 3 heures du matin. La fille aurait demandé à ses camarades d'arrêter de tout casser. En entendant du vacarme, le témoin est sorti et a mis en fuite les suspects. Un élément qui a été communiqué aux gendarmes de la communauté de brigades de Giromagny qui sont intervenus.

Pour Gilles Magny, ce vandalisme arrive après les tags sur les panneaux électoraux ou encore les dégradations du terrain de foot provoquées, à la mi-mai, par les gens du voyage.

Source: L'Est Républicain