logo_charte_des_auteurs_et_illustrateurs_jeunesse

Pour compenser la hausse des prélèvement sociaux, la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, la Société des gens de lettres (SGDL), le Centre national du livre (CNL) et Société française des intérêts des auteurs de l'écrit (Sofia, droit de prêt) ont convenu d’une hausse de 3,45% de la rémunération des auteurs intervenant dans les salons les manifestations littéraires, en accord avec la Fédération du livre jeunesse, qui regroupe 28 salons et événements,  dont le salon du livre jeunesse de Montreuil.
 Pour une journée pleine, la rémunération passe à 369,37 euros net (445,98 euros brut) et pour une demi-journée, elle à 222,83 euros net (269,05 euros brut). La Charte recommande un tarif d’intervention depuis plus de 20 ans, dont le principe s’est généralisé depuis 2016, lorsque le CNL et la Sofia ont décidé de conditionner les subventions qu’ils accordent aux salons au respect de ce barème par les organisateurs de ces manifestations.
 Pour les signatures, dont la rémunération reste en discussion, le tarif passe à 183,82 euros net (221,94 euros brut) la journée et 110,97 euros net (134 euros brut) la demi-journée précise le communiqué commun des signataires.
 La hausse du barème s’applique sur la rémunération nette, afin d’éviter tout risque d’érosion de ce revenu en cas de nouvelle hausse des charges sociales. « En 2017, avant la hausse de la CSG, des cotisations de retraite complémentaires, et du prélèvement au premier euro de l’assurance vieillesse de base, le revenu net de la journée était de 375 euros, pour un même montant brut » précise Guillaume Nail, président de La Charte.

Source: Livres Hebdo