dépôt légal bnf

Dans un comminuqué de presse publié hier, la Bibliothèque nationale de France annonce la  publication de la 8e édition de l’Observatoire du dépôt légal. Ce document offre chaque année un éclairage précieux sur la production culturelle française. Avec 82 313 livres imprimés, 219 766 fascicules de périodiques et 106, 46 téraoctets de sites web, cette édition 2018 témoigne des volumétries impressionnantes de la production culturelle française collectées par la BnF pour être mises à disposition des lecteurs et chercheurs. Ces chiffres donnent également à voir la diversité typologique et thématique de la collection patrimoniale de référence. Ils fournissent des éléments sur la chaîne de production de ces documents, de l’auteur à l’imprimeur puis au distributeur.

On retient particulièrement cette année dans ces données établies par la BnF : La délocalisation des activités d’impression de livres comme le développement de l’auto-édition dans le domaine du roman, de la partition, du livre d’artiste ou de la musique. La collecte des sites web, effectuée depuis 2006, fut en 2018 la plus volumineuse jamais réalisée par la Bibliothèque. Plusieurs collectes thématiques ont été effectuées au cours de l’année sur les « gilets jaunes », le référendum en Nouvelle-Calédonie ou encore le centenaire de l’armisitice de 1918. La part importante du roman dans la production de livres édités en France (22%) L’augmentation croissante du nombre de microsillons déposés : 10 fois plus qu’il y a 10 ans ! Le dépôt à la BnF de la 1ère revue intéractive : elle associe texte, sons et vidéos dématérialisés ! En écho à la programmation culturelle de la BnF, qui organise notamment l’exposition Ne les laissez pas lire ! Polémiques et livres pour enfants du 17 septembre au 1er décembre, l’observatoire propose un focus sur la production à destination de la jeunesse dont on constate, depuis une dizaine d’années, une hausse significative de la volumétrie des livres puisqu’ils représentent aujourd’hui 13% du total des livres reçus