noticia_normal_recorte1

En lisant le rapport sur le commece intérieur, la Federación de Gremios de Editores de España (FGEE)  a découvert  l'industrie de l'édition avait  facturé 2.363 millons d'euros en 2018 soit 1,9% de plus qu'en 2017. Les bénéfices augmentent mais seulement 76.202 nouveautés ont été publiées soit une baisse de 12,7%. Les ventent ont quant à elles augmentées avec 160 millons de livres papiers soit 1,9% de plus l'année précédente.  Selon  Migurel Berrero, président de la FGEE et l'Association des Chambres du Livre d'Espagne,"les chiffres permettent de refléter un certain optimisme puisqu'ils révèlent une amélioration progressive du secteur après la crise"

Le prix moyen des livres  était de 13,96 euros  contre 14,66 euros en 2017. Dans  détail, les essai se vendnt  à 11,42 euros (un euro de moins que l'année précédente) et le roman à 12,1 euros (20 cents en moyenne de plus que 2017). Les bandes dessinées coûtent 20 cents de moins et les titres d’enfants et de jeunes 10 cents de moins. Le produit le plus cher est les manuels non universitaires, qui coûtent un euro.

Comme l’indique le FGEE, la baisse de la production de l’édition est due à la suppression des titres publiés dans des livres pédagogiques. Il y avait moins de titres sur le marché des manuels scolaires, une baisse de 9,7%. "

Les éditeurs ont particulièrement insisté sur le fait que le livre papier soutenait le secteur et que le livre numérique avait stagné dans les ventes: son chiffre d'affaires avait été réduit de 0,1% par rapport à 2017 et s'élevait à 119 millions d'euros. Ce montant représente 5% du chiffre d’affaires total du secteur. Le nombre de titres édités s'est élevé à 19 236 et le nombre de téléchargements a atteint 12,8 millions. Le prix moyen des livres numériques - dans l’attente de l’application de la nouvelle réglementation européenne sur la TVA du livre - était de 9,25 euros, soit trois cents de moins. Contrairement au papier, ce qui se vend le plus en numérique est la non-fiction: 52,7% des ventes contre 20% de la fiction pour adultes. 

Les données de facturation par lieux de ventes  sont intéressantes. Les librairies indépendantes sont le principal lieu de vente des livres. En effet, elles ont facturés  831,5 millions facturés ce qui  représente 35,2% du total. Viennent ensuite les chaînes de librairies (Corte Inglés, Fnac, Casa del Libro et assimilées), avec 421,9 millions (17,8%). Et les hypermarchés (Alcampo, Carrefour et assimilés) atteignent à peine 8,2%, avec 194,6 millions d’euros facturés. Sur Internet, les livres vendus au format papier directement par les éditeurs représentaient 1%, soit quelque 24,5 millions

Source: El Pais