lexique LSF Bibliothèques

Savez-vous signer ? Comment dire "Bonjour", "au revoir", "carte de bibliothèque" ou "prolongation d'emprunt" en langue des signes française (LSF) ? Pratiquée par plus de 100 000 personnes en France, la LSF est une langue à part entière. Pourtant, à quelques exceptions près, rares sont les bibliothécaires à la maîtriser. Voire même à en connaître quelques notions. Pour y remédier, la bibliothèque municipale de Sotteville-lès-Rouen a créé, en partenariat avec le lycée Marcel Sembat de la ville, un lexique en image de 64 mots ou expressions utilisés en bibliothèque avec leur traduction en LSF baptisé "Signes de bibliothèque" (aussi disponible ci-dessous).  5 millions. C'est l'estimation du nombre de Français sourds ou malentendants, soit environ une personne sur 14. Bien que la LSF ait été reconnue en 2005 comme une langue à part entière, que des "pôles sourds" aient été créés dans cinq bibliothèques parisiennes et bien que les bibliothécaires à se former à la LSF soient de plus en plus nombreux, l'accueil et l'accessibilité des personnes sourdes et malentendantes en bibliothèque reste un enjeu de poids.  Bien sûr, l'exemple des cinq bibliothèques labellisées "pôles sourds" de la Ville de Paris est exemplaire : au moins l'un des bibliothécaires de chaque établissement est lui même sourd ou malentendant, les autres professionnels y sont formés pour accueillir les publics en LSF et des animations accessibles y sont proposées. Mais ailleurs en France ? Si de très belles initiatives ont heureusement fleuri sur le territoire, et notamment en région Lorraine, difficile pour les petits établissements de proposer un accueil spécifique au public sourd (les formations pour maîtriser la LSF sont généralement longues et onéreuses pour qu'un professionnel maîtrise l'ensemble de la langue).  Bien sûr, l'exemple des cinq bibliothèques labellisées "pôles sourds" de la Ville de Paris est exemplaire : au moins l'un des bibliothécaires de chaque établissement est lui même sourd ou malentendant, les autres professionnels y sont formés pour accueillir les publics en LSF et des animations accessibles y sont proposées. Mais ailleurs en France ? Si de très belles initiatives ont heureusement fleuri sur le territoire, et notamment en région Lorraine, difficile pour les petits établissements de proposer un accueil spécifique au public sourd (les formations pour maîtriser la LSF sont généralement longues et onéreuses pour qu'un professionnel maîtrise l'ensemble de la langue).  "Signes de bibliothèque", le lexique créé part la bibliothèque municipale de Sotteville-lès-Rouen et le lycée Marcel Sembat de la ville, a donc sa place dans toutes les bibliothèques et médiathèques. De quoi permettre à tous les établissements, même les plus petits, de faciliter le contact des personnes sourdes ou malentendantes avec les agents de la bibliothèque et de manifester leur accueil et leur ouverture à tous. 

Source: Archimag