dégats eaux bbibliothèque belfort

La scène interpelle les visiteurs de la bibliothèque municipale Léon-Deubel ce mercredi. Tout au fond du bâtiment, au rez-de-chaussée, des barrières bloquent l’accès à une partie du secteur adultes. Cinq étagères, celles des romans et romans policiers entre PEY et Z, sont même entièrement vides d’ouvrages.

« Nous avons eu un dégât des eaux ce lundi. Avec la pluie du week-end, le regard du toit-terrasse s’est bouché, ce qui a entraîné la rupture d’une canalisation d’eau juste au-dessus de ces étagères », explique un employé de la bibliothèque, en montrant le faux plafond dont les dalles ont cédé sous le poids de l’eau.

Au sol, des extracteurs d’humidité ont été installés pour sécher les moquettes complètement imbibées d’eau. Et la bibliothèque a d’ailleurs dû fermer ses portes ce mardi suite à ce dégât des eaux. Au total, entre 300 et 350 livres ont été endommagés. « Le problème avec les livres, c’est qu’ils agissent comme des éponges et absorbent toute l’eau. Certains ouvrages avaient doublé de volume. On essaie d’en sauver un maximum, mais près de 90 % sont bons à jeter. Et pour les autres, il faudra attendre qu’ils aient fini de sécher pour voir s’ils ne sont pas trop gondolés, si l’encre n’est pas trop délavée et surtout si la colle a tenu », souligne l’employé. Il s’agit des livres les plus récents, parus depuis moins de dix ans. « Les plus anciens se trouvent dans la réserve. Il est par exemple toujours possible d’emprunter du Proust », précise l’employé. Mais le préjudice serait tout de même estimé à près de 6 000 euros.

Source: L'Est Républicain