enseigne commune bibliotheque

Lancée en juillet dernier, la création d’une enseigne pour les bibliothèques entre dans son avant-dernière étape, avec l’organisation, jusqu’au 28 juin, d’un vote en ligne ouvert au public, pour sélectionner une maquette parmi les cinq sélectionnée par lejury.  Le lendemain, 29 juin, le comité de pilotage du projet (qui réunit des représentants d’associations de bibliothécaires, de directeurs des affaires culturelles, d’associations d’élus locaux, et du ministère de la Culture) annoncera le choix définitif. La décision ultime sera le résultat des votes du public, du comité de pilotage et du jury, ce dernier étant habilité à trancher si besoin entre les différents projets. D’ici à septembre, le lauréat devra livrer un cahier technique et un prototype, assorti d’une gamme de différents modèles (coloris, taille etc.) destinée à adapter l’enseigne au type de bâtiment et à son environnement. Compte tenu de la diversification des bibliothèques au cours des dernières années, et de la grande hétérogénéité de ces équipements (bâtiments anciens, créations architecturales…), la conception d’une enseigne symbolisant cet univers constitue un exercice graphique complexe.

Il n’empêche, pour les bibliothécaires, il est indispensable de donner de la visibilité à leurs équipements en les dotant d’un signe de reconnaissance, comme c’est le cas pour les pharmacies, les bars-tabac ou les bureaux de poste. « Nos équipements, lieux ouverts et de sociabilité, doivent être identifiables dans l’espace public au premier coup d’œil. Que chacun puisse se dire : ‘ici je peux entrer librement et gratuitement’ », expliquait  le président de l’ADBGV Malik Diallo lors du lancement du projet en juillet dernier. L’enseigne devrait arriver à point nommé, alors que les bibliothèques subissent encore l’impact de la période « covid », peinant à retrouver la fréquentation de 2019. Reste à savoir si les maires seront convaincus de l’intérêt d’un tel outil de signalisation et séduits par le travail du lauréat. Le prix de vente de l’enseigne sera aussi déterminant pour décider les petites communes à en faire l’acquisition.