pellerin_montreuil_14_combet

Une grande fête nationale de la littérature jeunesse, destinée à promouvoir le plaisir de lire et à lutter contre le décrochage de certains adolescents, sera lancée l'été prochain, a annoncé mercredi la ministre de la Culture Fleur Pellerin. Cette fête de la lecture, qui se tiendra du 15 au 31 juillet, "permettra d'amener des livres sur les lieux de vacances", a indiqué la ministre en visitant le 30e Salon du livre et de la presse jeunesse, qui se tient jusqu'à lundi à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Des partenariats pourront ainsi être noués avec les campings, les centres de loisirs ou les clubs de vacances, "là où les livres sont aujourd'hui trop peu présents", a-t-elle expliqué. Des bibliothèques et des librairies volontaires participeront à cette initiative, préparée avec le Salon du livre jeunesse de Montreuil, le Centre national du livre, les bibliothécaires et toute la chaîne du livre. Des bibliobus itinérants se rendront aussi sur place. Les enfants qui ne partent pas en vacances et "pour lesquels la présence de livres est d'autant plus importante, ne seront pas oubliés", a promis Fleur Pellerin.

"La littérature jeunesse est une littérature à part entière", a souligné la ministre qui s'est dite par ailleurs "choquée par les attaques inacceptables qui se sont succédé cette année contre certains titres". L'album "Tous à poil !" (Rouergue), par exemple, avait été stigmatisé en février par Jean-François Copé, alors président de l'UMP.

"La littérature est un espace de liberté et d'ouverture et je serai toujours à vos côtés pour défendre celle des créateurs comme celle des lecteurs", a-t-elle assuré, saluant le succès croissant du Salon du livre de Montreuil, sous la direction de Sylvie Vassallo: "Si la littérature jeunesse est probablement devenue aujourd'hui le 10e art, c'est aussi grâce à vous", a relevé la ministre.

Concernant enfin les inquiétudes sur l'avenir du régime de protection sociale des artistes-auteurs, Fleur Pellerin a affirmé "qu'aucun projet de réforme ne sera entrepris avant qu'une véritable concertation des parties prenantes ait pu avoir lieu".

Source: TV5 monde